Suivez-nous
Livraison rapide
On prépare votre colis
en 48H
Paiement
100% sécurisé
CB, chèques
Service client
Besoin d’aide ?
Contactez-nous !
Offre parrainage
Invitez vos amis et gagnez
des bons d'achat !
Magazine
  Retour aux billets

MAGAZINE FEVRIER 2018 - LAGOM




LAGOM : LE SECRET SUEDOIS


rencontre avec une femme equilibree




en 2017, vous avez adopte le hygge danois en vous lovant sous un plaid devant un feu crepitant avec un the a la main et un bon bouquin. en 2018, vous allez distiller un peu de lagom dans votre quotidien. cet art de vivre suedois est une ode a la juste mesure des choses. la journaliste anne thoumieux a brave le froid scandinave pour percer le SECRET de cette philosophie du bonheur dans le livre du lagom (ed. first).

_





1.

Si vous deviez définir le lagom en trois mots, quels seraient-il ?

Je n’utiliserai qu’un seul mot : juste. Pour bien comprendre, il faut lui ajouter quelques précisions : juste bien, juste quantité, juste assez.  La traduction officielle du lagom est : « ni trop ni trop peu ». On capte l’essence de cet art de vivre dans cette phrase. 



 2.

En quoi cet art de vivre suédois peut-il avoir un effet bénéfique sur notre quotidien de français toujours pressés ?

Il n’est pas tant question de ralentir que de prendre plus de temps pour faire de meilleurs choix. Je ne sais pas si tous les français sont pressés, mais en tout cas tous les suédois ont en eux cette façon de voir les choses. C’est ancré dans leur vie car la société les pousse à être conscient des autres, polis, à consommer mieux, à posséder moins, à être écolo, proche de la nature…



 3.

Cet art de l’équilibre et de la pondération peut-il s’appliquer progressivement dans notre quotidien ou doit-on faire une petite révolution ?

Cela dépend de chacun. Pour les acheteurs compulsifs et ceux qui accumulent, il faut se faire violence. Pour ceux qui s’essaient déjà au minimalisme ou au développement durable, ca ira de soi. Le livre est plein d’exemples simples à mettre en œuvre et d’habitudes à adopter.



4.

Par quoi commencer si l’on souhaite distiller un peu de lagom dans notre façon de consommer au quotidien ?

Le plus facile est de scruter sa consommation. Dans un premier temps, en évitant les enseignes de fast fashion au profit de petites boutiques ou de créateurs, en évitant les hypermarchés au profit de marchés frais et de commerçants locaux (bouchers, épiciers…) et surtout, en consommant moins en quantité.
Ensuite, faire le tri chez soi vient naturellement. Les gestes simples en faveur de l’environnement s’instaurent quant à eux en toute logique : refuser les sacs plastiques,  réduire ses déchets en achetant plus d’aliments frais au détriment des préparations industrielle sur-emballées.



 5.

Doit-on faire un bilan de notre façon de vivre, établir un plan d'action, débuter par des étapes clés ?

Un bilan sera très positif en effet, surtout pour dessiner une vision réaliste de notre quotidien. Nous sommes nombreux à penser que l’on « n’achète pas tant que ça »,  mais si on fait la liste on s’aperçoit qu’on a acheté ceci la semaine dernière, cela hier… sans nous en rendre compte !



6. 

De quelles manières le lagom peut-il s’inviter dans notre armoire et dans notre routine beauté ?

Dans l’armoire c’est d’abord un tri, puis la sélection des marques, mais aussi des matières (miser sur le naturel, la provenance). C’est aussi et surtout faire le choix de ce qui sort et rentre de l’armoire. On va donner à une association ou faire un vide dressing avec ce dont on ne veut plus pour donner une seconde vie à nos affaires et acheter en seconde main dans des dépôts vente. En beauté il s’agit surtout d’être plus doux avec soi : moins de produits mais mieux choisis, des compositions plus naturelles, des marques engagées au plan écologique (emballages recyclables, gommage au sucre et non aux particules de plastique qui polluent, etc.).



 7.

L’accord corps et esprit semble naturellement faire partie de cet art de vivre. Par quels biais se concrétise-t-il ?

C’est tout un état d’esprit : en toute logique, quand on se concocte un intérieur lagom, épuré, joli, on va avoir envie d’être bien globalement, s’offrir un sauna, faire du yoga, boire un thé detox plutôt qu’un soda sucré…



8.

Apicia propose des soins et des produits issus de la ruche. On sait que le travail des abeilles repose sur une parfaite mesure de leur action et un vrai travail collectif. Pourrait-elle être un parfait exemple de lagom appliqué à la nature ?

Les abeilles sont un parfait exemple de lagom en effet : entraide, minimalisme dans les gestes et effort efficace, pas de zele, juste l’effort commun, mais malgré tout un système sophistiqué. Dans la nature, la culture du gâchis n’existe, la nature elle-même est lagom dans sa globalité, c’est l’équilibre parfait que l’homme, malheureusement, vient pousser dans des extrêmes…


9.

Cuisiner ensemble en famille est une habitude suédoise, surtout le vendredi soir pour marquer le début du weekend. Comment le lagom se traduit-il par ailleurs en cuisine, dans notre façon de nous alimenter ?

Il y a une tradition d’aliments frais, mais aussi de conservation à l’ancienne, qui remonte aux temps où la Suède était vraiment isolée. Les pickles et les pâtes de poisson fumés en tube par exemple sont toujours sur les tables aujourd’hui. Les suédois ont souvent leur carré de terre où ils cultivent herbes et petits légumes.



 10.

 A l’issue de votre périple et de l’écriture de ce livre, vous-êtes-vous convertie au lagom ? Et quels bénéfices en tirez-vous ?

J’étais déjà en partie convertie. Je faisais attention à l’environnement par des gestes quotidiens. J’ai aussi toujours été adeptes des vides dressings, j’en fais et j’y achète des vêtements, c’est sympa pour tout le monde ! Nous avons tellement de choses dont on ne se sert pas…Ce qui a changé c’est surtout côté shopping : je n’arrive tout simplement plus à acheter dans les enseignes à bas prix car je pense toujours aux conditions de fabrication déplorables à l’autre bout du monde…

Rédigé le  15 fév. 2018 10:50  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site